1er Marathon de Strasbourg et de l'Eurodistrict

Publié le par Webelette

En foulant le tapis rouge, en entendant le Bip de ma puce,  j’ai eu des frissons …j’ai regardé le chrono et j’ai repensé aux paroles du coach, jeudi soir : « tu ne seras pas loin de ton record »


Mais rembobinons le film de la matinée.Côté météo : le soleil et un grand froid sec nous ferons les honneurs du départ et finalement je n’ai pas regretté de troquer mes manchettes contre un maillot thermique à manche longue (et la suite allait me donner encore plus raison).


Annoncé à 09h00, le départ a été retardé pour permettre à tout le monde de rentrer dans les sas et j’espère que ce que j’ai lu ce matin dans la presse ne sont que des propos mal-interprétés car  les meilleures féminines quant à elles  ont fait comme tout le monde et patienté dans le froid (sans incidence sur leurs perfs à venir bien au contraire, puisque 2 d'entre elles ont pulvérisé leur record)


Au coup de feu, je me suis rapidement trouvée au coude à coude avec Marie-Christine. L’avantage c’est que nous savons toutes deux que nous « valons » la même chose sur Marathon  et l’une peut faire confiance au rythme de l’autre.Je l’ai néanmoins perdu de vue après le 15eme kms


suis passée au 21eme presque dans les même temps qu’à Nice (à 20 sec prés) avec des sensations top et pourtant c’est bien là que les conditions météo ont changé. Nous venions de passer le pont Pflimlin balayé par un vent glacial tellement fort par moment qu’on avait l’impression que la structure entière du pont était en train de se balancer (là encore j’ai été bien contente d’avoir les bras bien couverts !)

2012-0080-copie-2.jpg

Au 30eme, j’étais tjs parfaitement dans mon timing, on venait de passer la 4eme zone relais Ekiden, ceux qui s’élancent d’ici pour parcourir les prochains 5 kms  avaient tant de fourmis dans les jambes que les changements de rythme entre groupe de marathoniens et de relayeurs secouaient bien le peloton. Fallait juste pas se laisser embarquer par un faux rythme quoi que avec + de 30 bornes dans les pattes , on devient tout de suite + econome.  

544774_10200186096001419_1044508324_n-copie-2.jpg

35eme, le vla notre fameuse passerelle sur laquelle avec Rachid nous avons été filmés par FR3 Alsace .Tiens d’ailleurs, où peut-il bien être lui en ce moment ? J’aperçois Yann au milieu du pont (ze place to be)  appareil photo en main !

317156_539042046109409_55872048_n-copie-2.jpg

Franchement, je m'attendais à pire à cet endroit .Les choses se sont corsées à partir du 39eme (comme à Nice) , je sentais ma foulée devenir aussi aérienne que celle d’un pachyderme en phase de reveil.  et c'est là que j'ai vu que le coach posté au 40 eme avec Blandine et les petits .


Passé le 41eme, tout d’un coup il y a eu la foule de chaque côté de la rue, des visages connus, des encouragements. J’ai retrouvé un zeste d’énergie pour accélérer et en entendant le bip de ma puce, j’ai regardé le chrono : 03h15’10 (à 9 petites secondes de mon record) en plein dans le mille coach 


On m’a dit que j’étais 5eme féminine et sur le moment j’ai pas percuté ce que cela impliquait.Aprés un détour rapide au ravito, je suis allée aux consignes (ahhh, c’était un peu la guerre la bas..y avait des sacs partout,..franchement j’ai plains ces bénévoles qui etaient pour la plupart des gens d’un certain âge se faire enguirlander par des coureurs rendus grognons par le froid et la fatigue et qui voulait tous forcément récupérer leur sac tout de suite) .Pour le ticket de tram, j’ai meme pas demandé  ..


En ressortant du gymnase après une douche bien chaude, j’ai croisé pas mal de monde : Rachid, larmes aux yeux mais sur le moment pas trop content de son chrono (03h42 il ne realise meme pas ce qu’il vient de faire pour un premier marathon face au vent) , puis Pascal qui partage nos seances (03h29) , puis Nadia

Claire-Hélène triplement heureuse : d’avoir remporter la victoire devant son public, d’avoir pulvérisé son chrono et surtout d’etre passée sous la barre des 03h00.Belle victoire et belle revanche pour celle qu’un précédent article de presse  avait juste omis de citer parmi les favorites de ce marathon.


Ayant loupé toutes les 2 la cérémonie protocolaire (ben on savait pas où ni à quelle heure ) , nous avons tout de même eu droit à une session de rattrapage privative dans les locaux de l’Hôtel de Ville avec petite collation bien sympathique et visite des salons privés avec leur magnifique tapisserie des Gobelins.

2012-0224-copie-3.jpg

Merci aux organisateurs , aux bénévoles d’avoir fait en sorte que ce marathon puisse voir le jour, alors bien sûr il reste des tas de réglages à apporter et notamment pour le marathon

  • la gestion des consignes (à laur décharge, il etait précisé de déposer ses affaires avant 08h15)
  • l'entrée dans les sas et revoir la composition des sas
  • le tapis de chronométrage (il etait placé aprés le 22eme kms de mémoire ?)
  • demander la taille des maillots ou coupe vent au moment de l'inscription et ajouter un autocollant correspondant à la taille choisie au dos du dossard
  • fixer une date limite d'inscription et s'y tenir 
  • rajouter des trucs salés aux ravitos post courses (style bretzels ou sticks  - le sucré a plus de mal a passer aprés avoir ingéré gels et dextrose pendant plusieurs heures)

(le Marathon de Nice/cannes descendu en flèche la  première année pour des pbs de gestion de consigne et autres erreurs de jeunesses à depuis  trouvé son rythme de croisière , je ne me fais aucun soucis pour celui de Strasbourg & EuroDistrict) .

 

Malgré toutes ces imperfections, j’ai sincérement adoré jouer à saute-mouton pendant 42 kms par-dessus la frontière franco-allemande et pour une fois courir un marathon à domicile  et voire à l'arrivée  mes amis, ma famille et mes partenaires d’entrainements.J'ai apprécié de pouvoir mettre mon coupe vent tout de suite à l'arrivée.

Merci enfin aux meneurs et meneuses d'allures aussi qui ont consacré une partie de leur dimanche matin à permettre à d'autres de courir le mieux possible.

 

En 2013, Marathon transfrontalier oblige , l'arrivée s'adugera côté allemand...quant à moi j'ai deja choisi la destination de mon petit 12eme ;-)

 

Côté résultats

Chez les féminines, on relèvera le tour de force exceptionnel dans pareilles conditions de Claire-Hélène Camelot qui non contente de s’adjuger la victoire devant son public, pulvérisera son record personnel de 6 minutes pour passer sous la barre mythique des 03h00 (02h59’26).

La jeune Laura Seyler, (24 ans et 3 marathons à son compteur) quant à elle  s’empare de la 2eme place en 03h05’58 en se payant elle aussi le luxe d’abaisser sa marque personnelle de 08 minutes .La 3eme place reviendra à la Haut-Rhinoise et expérimentée Françoise Scholly en 03h09’55. Podium 100 % alsacien et plein de panache chez les féminines !

Du côté des Messieurs, Strasbourg européenne dans l’âme, ne pouvait pas faire mieux qu’accueillir à bras ouvert, le Belge Thomas Loquet (1er en 02h35 ) suivi de l’Allemand Sven Poertner (02h39’01) et du Luxembourgeois Pierre Weimerskirch (02h39’56)

Les résultats complets sont sur le site du Marathon