Marathon de Nice/Cannes : Record pulvérisé :-)

Publié le par Webelette

Gros blanc hier quand j’ai annoncé au téléphone « j’ai pas battu mon record… »..avec le timbre de voix qui sied à ce type de situation.

Après tout y en a bien un, un jour qui m’a bien fait flipper le jour des résultats du bac avec le coup de « je l'ai loupé ....pas de beaucoup mais je l'ai loupé ....» avant de rajouter qq secondes plus tard et avant que je n'ai eu le temps de choisir entre la colére ou le désespoir...."la mention"

Des semaines que je le préparais ce 10 ème marathon et cela ne faisait que la 5eme fois que j’essayais de passer sous la barre des 3h30.Autant dire que cela devenait un peu l'arlésienne...

En Avril dernier, à cause de la chaleur au MDP, je n’avais pu abaisser la marque que de 2mn (3h37 à 3h35).

Certes, cette nouvelle prépa s’était parfaitement déroulée et j’avais bien assimilé le plan concocté par le coach,

Certes le semi de Reims promettait de belles choses, confirmées par les «  qq tours de piste » effectués au Marathon sur Piste à Bischwiller.

Mais je n’osais plus rien pronostiquer car sur un marathon, rien n’est jamais acquis.


Arrivées à Nice, nous sommes allées tout de suite retiré nos dossards à l’espace réservé aux Championnats de France ou Tic découvrira que son numéro de dossard (et accessoirement ses perfs antérieures ) lui donnent accès au « sas Elite » où les happy few se compteront au nombre de 50.

Le sas "Championnat de France" sera juste derrière.

On s’est un peu baladé au Marathon Expo  et je me suis arrêtée pour discuter avec Vincent Dogma dont vous aurez peut être vu les œuvres dans l’une ou l’autre revue de cap. J’aime beaucoup ce qu’il peint (même si  j’ai pas pu m’empêcher de lui faire remarquer, il peint peu de coureuses ;-).

Nous avons croisé une partie de la sympathique équipe des « coureurs du mardi ». (J’espère que leur course s’est bien passé) et savions qu’une délégation du Rame et de l’ES serait présente aussi.

Tic qui avait déjà fait Nice/Cannes l’an passé, a trouvé un hôtel sympa pas loin de la promenade des anglais et …D’un Mezzo di Pasta (ahhhhhh les pâtes !!! dimanche, je ne voulais plus en entendre parler )

Samedi, nous avons fait un petit footing dans des conditions absolument idéales, le long de la mer , la mer qu’on voit danser le long des golfs clairs …(oui bon j’arrête en plus je chante faux)

2011-1214.JPG

La promenade des anglais : Notre terrain de jeu pour le footing

Franchement, y a pire comme condition d’échauffement. Le seul truc qui nous obsédera un peu ce sera le sens du vent qu’on se prendra en pleine face au retour. Tout de suite et déja à allure footing, le chrono le sent passer.


Greg mon co-équipier de prépa qu’il va peut-être falloir appeler prochainement « votre Honneur », nous a rejoint pour le déjeuner et après moult hésitation sur la cuisson du steak saignant ou bleu, accompagné de frites avec mayo, le tout arrosé de rosé et suivi de profiteroles , a proposé pour se conforter dans son choix l’appel à un « un ami » (le coach) …ahHHH ces Enarques, de sacré blagueurs quand même

Le vote du public a finalement opté pour une très banale assiette de spaghettis pour tout le monde.

2011-1215.JPG

Dimanche matin, avec Tic nous avions convenu que nous irions déposer nos sacs à la consigne le plus tôt possible (ouverte dès 06h30 du matin), chacune ayant au cas où la responsabilité de réveiller l’autre (2 réveils valent tjs mieux qu’1) .Evidemment comme toutes les veilles de marathon, on ne dort que d’un œil. A 1h00 du matin, je pensais qu’il était 05h00 et à 05h00, j’ai plus réussi à dormir donc autant dire qu’à 06h30, j’étais bien bien réveillée.

L’avantage c’est qu’à cette heure-là, personne ne se bouscule aux camions chargés des consignes. L’autre avantage aussi, c’est qu’avec un petit numéro de dossard, nos consignes étaient tout devant.


Cela nous a permis de humer l’air et de réajuster le programme vestimentaire : pas besoin des manchons aux bras ni de gants pour moi , par contre lunettes de soleil impératives (il eut presque fallu s’enduire de creme solaire)

Greg nous a rejoints peu après.2011-1232.JPG

Dehors, le jour était en train de se lever, le soleil s’étirait tout doucement au-dessus de la mer ,je serais bien restée beatement à regarder les couleurs se reveiller mais d’un seul coup, la promenade a été inondée de coureurs ( + de 8000 marathoniens et 2800 relayeurs )..

Je passe sur les traditionnelles méthodes dite  « à la Castor Junior » pour soulager les 3 gouttes qui pèsent tellement lourd dans la vessie qu’il va falloir s’y reprendre 2-3 fois pour être sure que la vidange soit parfaite.

Et nous voilà déjà dans les sas. C’est vraiment intéressant d’être aux premières loges.Bizarrement a qq minutes du départ d'un Marathon et bien qu'etant dans un sas spécial, je ne ressens aucun stress particulier.

Tiens y a même le Maire qui va courir et il fait les choses sérieusement, il a même mis des manchons aux jambes !!! 

Cela m’a d’ailleurs donné une brillante idée  proposer à nos élus de faire le Marathon de Strasbourg , allez on va pas etre vache avec, ils pourront le faire en relais, pas en tandem...nan, ca marche pas trop, mais en relais  (et sans ravito gastro viniques parce que ca, ce serait carrément de la triche pour eux…)


Comme tout marathonien consciencieux, j’avais étudié le profil du parcours et écouté les avis des uns et des autres : 1er semi hyper roulant, puis ça se gâte à partir du 28eme avec une grosse montée et ensuite des tas de petites tout cela jusque vers le 35eme – 36 eme.Toute manière, le coach m’a donné mon plan de route.


Au top départ, la course est partie très très vite. Moi j’ai calmé mon allure de suite et j’ai profité du paysage. Ce parcours tout au long de la mer avec ce soleil, ces palmiers, ces températures douces ..ces noms de ville qui sentent les vacances (Cagnes sur Mer, Antibes, Juan les Pins) Quand même c’est du pur bonheur surtout pour nous autres qui venons du Pôle Nord enfin..Est


Je suis passée au 10 km en 43mn et au 15eme une sorte d’épingle à cheveux a fait que j’ai pu voir Tic passer de l’autre côté. Je suis passée au semi en 1h32’30 (ouais bon avec plusieurs minutes d’avance par rapport au timing prévu).

Toute manière, vient toujours un moment dans la course, où l’allure se régule d’elle-même et puis je pense aux difficultés annoncées. Ce 28eme km arrive, alors oui, c’est vrai ca grimpe mais finalement c’est passé comme une lettre à la poste .Entre le 30 eme et le 35eme km, la succession de petites montées est finalement plus sournoises que la grosse.Je trouve qu’il commence à faire chaud et les points d’eau et d’epongeage tous les 2.5 kms ne sont finalement pas de trop. Là maintenant je suis calée à l’allure prévue. Je sais que chez moi, virtuellement on me suit de kms en kms et qu’à mesure où l’arrivée approchera, ils la vivront avec moi en se demandant bien quel pourra être le chrono final

Question ravito ce que j’ai constaté aux précédents marathons se confirme : des comprimés de dextrose, de sportenine , des powerballe et juste un seul gel Mulebar me suffit (il est plus liquide que d’autres marques et au moins cela ne me file pas la gerbe ). Sur un des ravitos, nous aurons de la boisson Scientec antioxydante (marque que j’ai utilisée lors de la prépa) donc là je prends sans risque.

Nous arrivons au 38eme et je commence à ressentir la fatigue. Je pense à mes hommes qui me soutiennent tellement, cela me ferait tant plaisir de leur offrir un joli chrono , je pense à mes tours de Coucou de Bois et je visualise précisément le tour (je suis finalement encore assez lucide pour me dire que ce que je suis en train de faire ça s’appelle juste de la sophrologie) .

Après cet exercice de haut vol intellectuel, qui a eu le mérite de m’occuper l’esprit et faire défiler quelques hectomètres, je regarde mon chrono :il me dit que je n’ai plus aucune raison de lâcher quoi que ce soit.

Cette fois ci sera ENFIN la bonne.

Voilà l’arche, le tapis rouge, ma puce émet un long bipe de soulagement  et j’appuie sur le bouton stop de mon Garmin …Je le regarde bien car ça y est, désormais le record de 03h35 est tombé !!! je pourrais dorénavant parler de celui de …03h15’04 (temps officiel) et 03h15’01 (temps réel).


Honnêtement j’ai du mal à réaliser moi-même ce que je viens d’accomplir, je pense à mes hommes à qui je vais apprendre la nouvelle toute à l’heure.Je suis heureuse de savoir ce qu'il ressentiront à ce moment là.

Quand on m’a accroché ma médaille autour du cou, j’etais sur un petit nuage, j’ai récupéré mes affaires à la consigne et me suis arrêtée au fabuleux « bar à fruit » ou les mandarines, pommes, poires, oranges , bananes n’attendaient qu’à être cueillies.


Je suis dirigée ensuite vers la tente des kinés puisque nous avions prévu de nous y retrouver avec Tic .Je suis passée du côté des osthéo et c’est une étudiante de la région de Sélestat qui s’est occupée de moi. Au fond de la tente, un type beuglait tout ce qu’il pouvait, visiblement il avait les cuisses très très sensibles .J’ai été prise d’un fou rire d’autant plus communicatif que sa descente de la table a été très acrobatique. De mon côtés Les muscles qui refroidissent ont commencé à rendre mes quadris mais surtout mes muscles fessiers super douloureux .

Là, Je suis impatiente de retrouver mes 2 autres comparses pour savoir comment s’est passé leur course …Bon Tjs pas de Tic en vue ..

On s’était dit que si on ne se trouvait pas, rdv à la gare de Cannes où des trains nous ramènerait sur Nice …Toujours pas de Tic ni de Greg en vue …En même temps avec tout ce monde , c’est un peu comme trouver une « petite » aiguille dans une immense meute de foin. Je suis montée dans le train et à mesure que le paysage défilait, on voyait encore le long du parcours des coureurs (les pauvres) en train de finir, ils leur restaient tant de kms encore …


Tic et Greg sont arrivés par le train suivant..  .»Alors, Alors ça a donné quoi pour vous ?? »

Votre Honneur m’annonce avec toute sa délicatesse en premier la perf de Tic qui ramène le titre de Vice-Championne de France V1 en 02h57’02 (franchement le coach a raison, pourquoi t’as pas sprinté à l’arrivée pour passer sous les 02h57 ?? comprernds pas ) .Quant à lui, il termine en 03h50 en ayant amélioré son record de 9 mn

Je comprends mieux pourquoi je n'ai trouvé Tic nulle part : elle avait été happée par la cérémonie protocolaire !!


Juste pour comparer ce qui est comparable , cette perf classée N4 au bareme FFA équivaut à une perf de 02h28 pour un homme (Quant à la mienne classée IR2 , elle équivaut à une perf de 02h36 pour un homme).

 

On appelle le coach pour lui annoncer que nous avons TOUS remplis nos objectifs  et prendre des nouvelles des copains qui ont participé au Cross du Republicain Lorrain : Les juniores ont fait fort avec une 1ere et 2eme place, une 1ere place chez les cadets et …le retour en force de Blandine qui après 2 mois de reprise termine 4eme au scratch et bien sur 1ere V1.On va avoir de très belles équipes pour les cross..


Il ne restait plus qu' à arroser cela dignement  !

2011-1239.JPG

c'est pas beau ca : la Vice championne de France et sa médaille d'argent autour du cou, qui nous enseigne l'art de la récupération à l'alsacienne

Quant à moi , je monte en grade car ce n'est evidemment qu'un simple verre de grenadine avec une toute petite goutte de kir
 

2011-1238.JPG

"Votre Honneur" et son drôle de Tee Shirt et la Vice Championne de France

 

A j+1 : juste un ongle bleu mais des douleurs persistantes dans les fesses dont Tic n’a pas cessé d’entendre parler. En même temps, moi je trouvais qu’elle marchait comme un cow boy aujourd’hui .

A l’aéroport ce n’est pas à leur médailles qu’on reconnaissait les marathoniens , il y avait d’un côté ceux qui pouvaient monter ces satanés petites marches sacrément raides pour accéder à l’avion promptement et ….les autres qui se tenaient les rampes de chaque côté dont certains avec option «aille » « ouille »

.Les memes ont mis du temps à s’assoire et à se lever (heureusement que cet exercice n’était pas chronométré )


Je garderai de mon 10eme marathon de merveilleuses images d’amitié d’abord car c’était le terme de 12 semaines de préparation intense vécues avec un super groupe et où chacun a  eu le bonheur d’atteindre l’objectif visé,

-un parcours à couper le souffle et qui en fait oublier la difficulté de l’exercice,

-une superbe organisation,

-des conditions météos parfaites.

 Un marathon à faire ou à refaire et en tout cas à croquer sans modération !


Un immense MERCI au coach pour tous ses conseils, ses seances parfaitement dosées qui m'ont permis de franchir un énorme palier.

Sur le plan qu'il m'a griffoné à la main il ya 12 semaines, il m'avait noté des allures auxquelles je courrerais le semi et le marathon.Quand je suis rentrée chez moi, j'ai fait mes calculs et je me suis dit "mais il est dingue, j'y arriverais jamais !!!"

Quand je les regarde maintenant : quasi à la seconde prés , il ne s'est pas trompé

C'est quand meme vachement fort !


Maintenant c’est récup et d’ici la fin de l’année je m’accorderais éventuellement le droit de participer encore à l’une ou l’autre course en pure touriste.