Marathon de Strasbourg – J-70

Publié le par Webelette

  1. Le déclic : ça c’est fait
  2. Le plan d’entrainement : c’est ok

Voyions voir à J-70 qu’est ce qui pourrait bien manquer à la check list ??**


Ah ben oui très accessoirement, l’entrainement ou plutôt LES entrainements : 4,5, 6 ou plus si affinités car toute la subtilité d’une prépa marathon consiste à superposer agenda professionnel, familial et sportif pour pouvoir les caser toutes ces séances.

Là franchement on devient obligatoirement un pro de la gestion du temps et tous les creux dans l'emploi du temps sont mis à profit (puisque les magasins sont fermés à 06h00 du mat, autant aller courir ...je ferais mes emplettes plus tard...)

 

Après y a aussi le contenu des dites seances et tant qu’à faire autant que cela soit plaisant et que les menus soient variés avec

  • du fractionné court   mais comme dit le coach « pas question de terminer la séance en « hyperventilation » (cad en soufflant comme un phoque asthmatique) :on prépare un marathon ….pas un 10 bornes

Hippo-running-funny.jpg

(je ne suis pas certaine que le coach soit ok pour un accessoire pareil : courir avec un hippopotame collé aux fesses, c'est  quand meme de la triche ;-)

 

  •  le fractionné long : ca commence à 600  jusqu’à 2000 ou avec parfois une « pyramide " ou seance dit ludique (c'est juste un habillage linguistique pour dire qu'on va en ch**)
  • et la sortie longue agrémenté de qq footings pour digérer le tout.

Et puis, il y a le choix des courses qu’on va caser pendant sa prépa…des courses pour se faire plaisir, pour savoir où on en est par rapport à l'allure visée, comme une sorte de grosse répétition générale avant d'entrer sur scéne :-)


Moi ce que j’aime dans le Marathon c’est tout cela : ces grosses semaines de préparation et d’efforts  au bout desquelles on se donne le droit de courir une distance pas ordinaire mais dans le fond tellement accessible si on y est correctement préparé