Tout ce qui ne me tue pas, me rends plus fort

Publié le par Webelette

Comme je l'ecrivais précedemment, j'ai longtemps pratiqué les arts martiaux, le karaté shotokan pour etre précise.

Il s'agit d'une forme de karaté où les coups sont portés pour de vrai , sans protection aucune (si ce n'est pour les filles, des protéges seins)

En ces temps là et j'etais bien jeune, je m'entrainais comme une dingue tous les jours voire plusieurs fois par jour.

 

Nos entrainements etaient trés cadrés : echauffement, assouplissement puis

- kihon :techniques d'attaque (avec les mains ou les pieds), blocages

- kumite : combat au niveau du visage ou du plexus

- katas : enchainements de techniques symbolisant des combats contre des adversaires imaginaires

 

Ce que je préférai, c'etait de loin les "kumite"  et ma technique préféré etait à l'époque le "mawashi-geri"  (coup de pied circulaire)

 

Mais le karaté, m'a aussi et surtout permis de découvrir la puissance du "mental".Nous avions possibilité de participer à des stages dit spéciaux sur 3 jours et demi , dont l'organisationetait invariablement la meme et le contenu bien rodé.

Lever à 5h00 , footing à jeun (en kimono) et pieds nus : été comme hiver (il m'est arrivé de finir les pieds en sang !)

Puis entrainement de 6hà 8h00

Petit dej

Repos

Dej

Entrainement l'aprés midi de 14hà 16h00

Parfois encore un entrainement de 18 à 20 h00

et encore tard le soir 22h00 à minuit

et rebelote le lendemain .


L'idée etant que naturellement petit à petit , la fatigue physique nous gagnait, la vigilance baissait, mais curieusement aussi  nos gestes devenaient moins "parasites", donc plus fluides et surtout , surtout, arrivait rapidement le moment où il ne fallait compter que sur l'esprit pour tenir le coup !


Parmis les entrainements, il y avait le fameux "kibadachi "(position du cavalier) à tenir 1h30 (le coureur à pied , lui connait l'exerice qui s'apelle , la chaise ...mais à côté c'est de la rigolade) .On terminait les cuisses aussi tétanisées qu'après un 1er marathon et qq heures plus tard, l'entrainement suivant etait 1h30 de techniques de coups de pieds (soit 1000 coups de pieds enchainés sans aucun moment de répit)

Un des autres entrainement redouté et redoutable etait 1h30 de "sanbon-kumité" où autrement dit 1h30 de  combat sur 3 attaques, là encore non stop,  avec pour advsersaire les hauts gradés, donc autant de chances de se prendre des coups dès que le niveau de vigilance baissait (et forcèment il baissait !).

 

Je ne sais plus combien de stages de ce type là, j'ai effectué où j'ai terminé les avant bras noircis par les hématomes, les pieds ouverts d'avoir couru  pieds nus sur des gravillons ,  aphone à force d'avoir poussé des kïaï ..mais heureuse à chaque fois d'en être venue à bout (un peu comme quand on franchi la ligne d'arrivée d'un marathon ou d'un 100 km).

 

Tout cela pour raconter, que de cette période de ma vie, j'ai appris à prendre des coups,  j'ai appris à me défendre mais j'ai surtout découvert que avec "le mental" tout devient surmontable.

 

Bien que j'ai depuis bien longtemps troqué ceinture et kimonos contre short et runnings, une certaine forme d'instinct  fait qu'aujourd'hui cet état d'esprit martial remonte à la surface et m'aide dans mon quotidien.

 

Merci à Seppele qui m'a offert la dernière fois que nous nous sommes vus un dossard pour la course que son club organise  : je viendrais courir et encore plus que d'habitude, du mieux que je pourrai !